Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : mindszenti, peintre contemporain et poète
  •  mindszenti, peintre contemporain et poète
  • : Toute l'actualité de la peinture et de la poésie de Laszlo MINDSZENTI, peintre contemporain. Ses expositions, ses nouvelles oeuvres sur toile ou sur papier ainsi que tout événement en rapport avec le peintre : ateliers pour enfants, initiations... La peinture du peintre contemporain Anna Mindszenti-Calische, sa fille discussions, échanges à propos des Mindszenti
  • Contact

Recherche

13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 17:58

Automne


mindszenti-tabmini28.jpg

Quelqu'un frappe à la porte

Il serait convenable de lui répondre

Un rêve s'esquive, un petit rayon d'intelligeance

tresaille dans nos yeux.

C'est l'automne qui frappe à la fenêtre

C'est l'automne qui s'affaire dans la rue

amortissant ses pas sur des feuilles sèches, jaunies,

Camoufleur sentimental de tes blessures, Vie.

C'est lui qui fait remuer les ombres

Le soir, sur l'asphalte de l'avenue

C'est lui qui pleure dans les adieux d'une fille

C'est lui qui coule, rampe, aubout des jardins.

 

Lásló Mindszenti, Budapest 1952

Repost 0
Published by mindszenti - dans poésie
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 12:39

Jean-Louis MATEOS, Conseiller Général du canton d'Agen-Ouest

fait l'éloge de MINDSZENTI sur son blog.

Suivez le lien ci-dessous pour en savoir plus.


2011-le-passage-ferme-d-estrades-copie-1.jpgphoto A.Jacquot

 

Expo MINDSZENTI à la ferme d'Estrades

 


   

Repost 0
Published by Agnès Grillo - dans peinture
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 13:35

Publié le 27/10/2011 08:46 | La Dépêche du Midi Du 27/10/2011 au 30/10/2011

 

Le Passage-d'Agen

Laszlo Mindszenti, peintre, poète et homme

DSCN7379.JPGLaszlo à la ferme d'Estrades, un peintre, un poète, un homme


Né en Hongrie puis étudiant à Budapest, Laszlo Mindszenti se destine à la poésie quand les Soviétiques envahissent le pays. Contraint à l'exil, il s'installe dans une famille d'accueil à Rouen et reprend ses études à La Sorbonne. Il découvre par hasard la peinture en créant des cartes de vœux si expressives que ses amis le poussent à continuer dans cette voie.

Dès lors, Laszlo commence à peindre et ses toiles rencontrent un vif succès. Par acquis de conscience, il fera donc les Beaux-Arts où il passera de la 1re à la 3e année, tant son talent le précède et tant il désire acquérir une vraie formation. Fondateur de l'Académie libre de peinture et de dessin de Rouen, il y enseigne durant 15 ans à des enfants, des adolescents et à des adultes. Son succès est si grand qu'il finira par abandonner , ne pouvant plus donner libre cours à son inspiration et à sa création artistique, faute de temps à lui consacrer.Laszlo entame un doctorat à l'Institut d'art et d'archéologie à Paris, publie des recueils de poèmes et doit une fois de plus s'exiler en Lot-et-Garonne pour des ennuis de santé, en 1975. Depuis lors, il a notamment exposé au Parlement européen et notoirement dans son pays natal à Budapest.Doué d'une sereine quiétude apparente, la sympathie de sa douceur inonde son entourage d'une modestie sincère et les bras ouverts, il vous reçoit dans l'expression d'une simplicité bonhomme qui donne à sa peinture une expression particulière. Où sont donc passés les tourments de l'exilé, la vie dure et sans aucune liberté de l'oppression? L'artiste ne vous en dira rien de plus, se contentant de décrire à votre vue, la beauté de ses toiles d'une finition parfaite, de l'expression de sa vision d'un monde extra-planétaire où tout n'est que courbes et ellipses, d'un monde qu'il dépeint comme «il le voit».

Toujours en exposition à la Ferme d'Estrades jusqu'au 30 octobre, de 10h à 12h et de 14h à 19h.

Repost 0
Published by mindszenti - dans presse
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 18:35

 De l’épidémie de questionnite  en art contemporain

Picasso disait : « je ne cherche pas, je trouve » , autrement dit «  je ne me pose pas de questions, je fais ». Un autre peintre très connu répondait à qui l’interrogeait sur sa peinture : « demandez-vous à un pommier pourquoi il fait des pommes ? »,  parce qu’en effet,  si le pommier commence à s’interroger là-dessus, il devient stérile et dépressif. Et c’est James Joyce, je crois, qui disait : «  si vous pouvez faire quelque chose, faites-le, si vous ne pouvez pas, enseignez-le »…Et moi j’ajoute : «  ou bien questionnez-vous si c’est le questionnement qui vous empêche de faire, ou si c’est l’incapacité à faire qui génère le questionnement, etc. »

Et c’est bien pour cela que nous assistons aujourd’hui, dans l’art dit contemporain, à la disparition progressive du faire au profit du questionnement sur le faire et sur sa disparition, comme si les fruits du pommier n’étaient plus les pommes, mais des interrogations sur l’absence de pommes. Aujourd’hui, on ne peint plus, on questionne la peinture…

La question branchée chez  les nouveaux critiques est celle-ci : « pourquoi y a-t-il de l’art plutôt que rien ? »… Car ils préfèrent bien évidemment « convoquer » ce rien qui leur permet de développer en boucle une interrogation sur l’absence d’objet de cette même interrogation et donner  ainsi libre cours à leur talent rhétorique. D’où par exemple cette exposition sur le vide, organisée au Centre Pompidou en  2009,  par  Laurent Lebon actuel directeur du Pompidou bis à Metz, occupant 5 immenses salles avec strictement rien dedans et assortie d’un catalogue de 500 pages de commentaires et de questionnements sans objet identifiable et que personne n’a lus.

Le discours sur le non-faire remplace donc le faire déclaré désormais salissant, malodorant  et ringard. Le déconstruit questionne la validité du  construit. Le concept remplace l’émotion. La torture mentale remplace le plaisir esthétique. La peinture se regarde par  les oreilles ou les trous de nez. L’économie du projet remplace celle de sa réalisation. Le dossier devient oeuvre en soi. La subvention comble la béance et entretient la stérilité. Le non-sens fait sens. L’attitude devient art. Le contenant est devenu contenu. Le questionnement existentiel du critique ou du fonctionnaire de l’art prime sur le travail du vrai créateur, etc… et l’art contemporain devient le lieu d’une immense pandémie   d’auto-fellationnite aigue  ou de masturbationnite  questionnatoire généralisée, et où se multiplient exponentiellement ces petits branleurs que sont nos  schtroumpfs émergents….

J’ai passé une petite demi-heure sur quelques sites internet de FRAC et autres lieux de « l’insondable connerie culturelle subventionnée » (comme dit l’un de mes correspondants), pour vous cueillir au hasard et vous copier-coller, à titre de preuve et illustration de ce que vient de dire, ces quelques petites fleurs langagières  où il est question …de questionnements sur l’art.


Ils questionnent :

 

Claude Rutault

L’enjeu de son  travail est donc celui d’un questionnement  des conditions d’apparition de la peinture dans l’espace social, beaucoup plus que de déterminer un protocole de création des œuvres à l’aide de concepts.

Jordi Colomer

Son  parti pris absurde vient très directement interroger la valeur que l’on doit prêter à cette « manière » de faire, mais, plus avant, il questionne avec acuité l’évaluation esthétique – et donc sociale et psychologique – de ce type de « monuments » dans notre environnement.

Victoria Klotz

Explore la cohabitation entre l’être et son écosystème, questionne la sauvagerie des comportements sociaux.

In extenso

Ces artistes interrogent les notions de traversée, de contamination, d’interaction ou d’illusion,  qui semblent construites sur des zones d’ombre, laissant planer autour d’elles le mystère de leur conception.

Kaz Oshiro

Dotées a priori d’une faible valeur symboliques, ses œuvres se révèlent peu à peu d’une complexité telle qu’elles finissent à obliger les spectateurs à se poser les questions de la représentation et de sa mise en scène.

Eric Hattan

Qu’il s’agisse de l’espace urbain ou de celui d’un centre d’art, chaque situation est l’occasion d’un déplacement, d’un décentrement du regard, et d’une mise en question  du sens donné.

Exposition « Coup d’éclat »

Ces artistes viennent interroger les mutations des structures de pouvoir qui conditionnent en grande partie notre quotidien.

Clemence Torres

Son exposition se développe autour de la perception du lieu, son appréhension et les mécanismes et instruments de mesure permettant de le saisir - distances, échelles, proportions -. Elle interroge parallèlement les relations entre les individus, les rapports de force, de rapprochement et d’interaction des uns avec les autres.

Dominique Blaise

Son travail in situ a la capacité de métamorphoser la perception commune de l’espace . En permettant au spectateur de parcourir ce dispositif menaçant, il questionne les espaces de narration issus du théâtre et de l’exposition artistique.

Marc Chopy

Le travail pictural de Marc Chopy interroge depuis de nombreuses années le rapport du plan au volume, dans ce qu’il peut avoir d’inconciliable.

Claire Healy & Sean Cordeiro

Ils développent un travail sculptural à travers une variété de médias. En explorant les matériaux de notre monde contemporain, ils soulèvent des questions sociopolitiques, comme la mondialisation, la culture médiatique, la consommation ou la propriété. 

Élizabeth Creseveur

Elle explore le rapport du corps à l’espace par l’installation, l’image et le son.

Angela Detanico et Rafael Lain

Ils nous invitent à bousculer nos repères et à nous interroger sur les systèmes qui organisent notre lecture du monde.

Meriem Djahnit

le travail de cette artiste interroge l’aspect tangible et aléatoire de notre position dans le monde, analyse le caractère transitoire de notre condition en tant qu’être physique, social et psychologique.

Nicolas Fournier

Siège de l’intimité et de la mécanique du vivant, le corps  demeure pour les artistes contemporains le lieu d’interrogations existentielles que réactivent les mutations dues aux technologies du vivant.

Jean François Gavoty

Le vivant et le construit, le réel et le virtuel, le pérenne et le temporaire... sont des interrogations liées à la conception de tout projet urbain.

Gonzalo Lebrija

Questionne  le décalage entre les mégas récits du progrès liés au modernisme et notre existence contemporaine individuelle.

Laurent Perbos

Toujours confrontées aux problématiques de formes, les productions de Laurent Perbos questionnent  les potentialités sensibles et poétiques des objets issus de notre quotidien.  

Laurent Pernel

La question est : alors que des impératifs très concrets liés aux travaux de l’espace d’exposition, ordonnancent le temps et l’espace, et remplissent le volume d’une sonorité toute entière constructive, comment faire naitre puis développer, au sein d’un chantier, un travail artistique qui demande du temps, du doute et de l'errement ?

Arnaud Pirou

Pour sa première exposition personnelle, il traite des grandes chaînes de fast food, dans une exposition très contextuelle qui pervertit les symboles, et joue avec les signes de la ville. C’est un prétexte pour convoquer des questions sociales et culturelles.

Raster Noton

Cette exposition montre le caractère résolument hybride de cette plate-forme de création, tout en questionnant la position de l’artiste dans l’interface de l’acte individuel et de son inscription au sein du collectif.

Mathilde du Sordet

Les sculptures de Mathilde du Sordet ont été conçues spécifiquement pour cette exposition de groupe questionnant les notions de territoire et de déplacement.

Yann Toma

Le travail de Yann Toma, structuré autour de la société Ouest Lumière, questionne les messages et leur transmission par la mise en œuvre de systèmes parallèles.. Le lieu d’exposition  devient le centre multi-modal d’un trafic quotidien de pigeons voyageurs porteurs de dépêches AFP. Chaque jour, ces dernières sont transformées en interrogations.

Bernard Bazile

Des  mélanges de matières et d’images industrielles parfaitement maîtrisés  interrogeant en permanence la question du goût et celle de l’autorité.

Knut Åsdam

réalise des films et des installations qui interrogent notre degré de conditionnement par l’espace urbain et nous incitent à le vivre de manière plus consciente.

Basserode

L’œuvre de Basserode se présente, depuis le début des années 1990, comme un questionnement autour des notions de « nature » et de « culture » et sur les conventions qui sont attachées à l’une et l’autre dans les représentations artistiques modernes et contemporaines.

Carla Arocha

Toutes interrogent la perception de l’espace dans lequel nous nous trouvons. Car l’espace est le matériau de prédilection de l’artiste. Ses œuvres l’intègrent et le transforment.

Hubert Duprat

L’œuvre d’Hubert Duprat prend sa source dans un questionnement critique des modalités de la création des objets d’art.

 Nicole Esterolle

 

 www.schtroumpf-emergent.com

Repost 0
Published by Nicole Esterolle
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 19:13

 Publié le 12/10/2011 03:46 | Le Petit Bleu et la dépeche du midi


Le Passage-d'Agen. Laszlo Mindszenti, hôte de la Ferme d'Estrades

 vernssage passage-copie-1

 Laszlo tout en courbes : « Dans la nature, la ligne droite n'existe pas », nous affirme l'artiste.

Photos A.Jacquot

 

Vendredi 7 octobre, à 18 h, se tenait le vernissage de l'étonnante exposition de ce peintre hongrois, à la Ferme d'Estrades qui l'accueillera de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, tous les jours sauf le lundi, jusqu'au 30 octobre prochain.

Voici un peintre à donner en exemple aux jeunes écoliers, collégiens et autre lycéens pour son professionnalisme.

Plein de modestie, il apparaît distant, étranger, encore exilé de sa Hongrie natale dont il a gardé cet accent typique, secret, mais si agréable de sensibilité que les mots deviennent superflus.

Son apparente nonchalance cache l'âme fragilisée d'un être confronté très jeune aux réalités de l'oppression d'un régime très dur, qu'il décrit sans passion et sans haine.

Nous y reviendrons prochainement.

Ce peintre à l'inspiration onirique particulière mérite son succès par la réalisation soigneuse, très finie et travaillée de ses œuvres à l'huile, connues dans l'univers de son art.

Il vous narrera sa peinture et son univers avec des mots simples, vrais !

Jean Barrull, maire, Corinne Purnot et Patrick Bascoulergues de la commission culture de la municipalité, avaient tenu à l'honorer de leur présence.

A noter la présence remarquée de Paul Chollet, ancien maire d'Agen.

A.Jacquot

site Mindszenti

Repost 0
Published by A.Jacquot - dans presse
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 10:32
Publié le 05/10/2011 09:39 | La Dépêche du Midi
Du 07/10/2011 au 30/10/2011

Le Passage-d'Agen

Laszlo Mindszenti va exposer à la Ferme

La mairie dispose d'un site d'exposition exceptionnel à la Ferme d'Estrades, ici le mois dernier./Photo A.Jacquot
La mairie dispose d'un site d'exposition exceptionnel à la Ferme d'Estrades, ici le mois dernier./Photo A.Jacquot
La mairie dispose d'un site d'exposition exceptionnel à la Ferme d'Estrades, ici le mois dernier./Photo A.Jacquot

Ce talentueux artiste peintre va exposer ses toiles du vendredi 7 octobre au dimanche 30 octobre à la Ferme d'Estrades, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, tous les jours sauf le lundi.

Exposition exceptionnelle pour ce peintre qui termine à Rouen sa dernière présentation. Connu et reconnu des instances parisiennes et dans tout l'hexagone, l'artiste crée un monde où ses personnages sont à son image « aérien et poétique ». Ce peintre s'est déjà fait un nom dans le monde de l'art, ce qui demeure rare pour un artiste de son vivant. C'est donc un vrai bonheur de le voir au Passage-d'Agen livrer ses œuvres à notre regard. Une peinture marquée par la légèreté et la fine courbe de ses créatures hors du temps semblant « échapper à la cruelle loi de la pesanteur et aux noirceurs dont l'âme humaine est parfois remplie »…

Loin des salons parisiens, l'artiste s'est retiré dans nos campagnes profondes, aux confins des départements ruraux que sont le Lot, le Lot-et-Garonne et le Tarn-et-Garonne. Il y a créé « un des plus beaux ateliers de peinture qu'il ne soit donné de voir » dans notre beau pays de France, pour poursuivre son œuvre dans la plus sereine quiétude de ces lieux retirés, où la nature s'exprime encore librement pour en faire un lieu de délices divins.

Occasion unique que de découvrir la peinture pour les profanes et admirer des œuvres de caractère pour les amateurs plus « branchés peinture » !

Enfin, le site exceptionnel qu'est la Ferme d'Estrades convient on ne peut mieux à ce genre de manifestation. Le vernissage aura lieu sur site, à la Ferme d'Estrades, le vendredi 7 octobre, à 18 h, en présence des officiels municipaux passageois et des nombreux invités.

Rappelons que l'entrée y est gratuite et que les renseignements seront donnés au tél. 05 53 98 64 78. A ne surtout pas manquer !

site MINDSZENTI

 
Repost 0
Published by Agnès Grillo - dans presse
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 20:34

exposition d'automne au Passage d'Agen

 

Jean BARRULL
Maire
Patrick BASCOULERGUE
Adjoint au Maire 

Délégué à la Culture
  Le Conseil Municipal

 

 

 

 

ont le plaisir de vous convier au vernissage
de l’exposition des oeuvres de  

Laszlo MINDSZENTI


les-tourbillons-de-la-vie-n-3-75X54-1600.jpg

 

 

 

Vendredi 7 Octobre à 18 heures
à La Ferme d’Estrades

 Un rafraîchissement vous sera offert après le vernissage


Exposition à la Ferme d’Estrades

du vendredi 7 au dimanche 30 Octobre 2011
de 10h à 12h et de 14h à 19h
(Fermé le lundi)

 

 

Rue Albert Schweitzer
47520 Le Passage d'Agen

tél.05 53 87 63 46


site de Laszlo Mindszenti

 

Repost 0
Published by Agnes Grillo - dans peinture
commenter cet article
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 21:39

 

A la galerie Rollin

 

DSCN7240-copie-2.jpg

Copie de DSCN7241

DSCN7237

 

 

le samedi 4 septembre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Agnes Grillo - dans peinture
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 22:00

 

Ce qu'écrit André Ruellan

à propos de Mindszenti

 2011rollin-copie-1

Quel charme, quelle séduction au fil des expositions et des ans chez Laszlo Mindszenti et sa peinture. Son cru 2011 à la galerie Rollin de Rouen affirma plus encore son talent, et la poésie fantastique qu'il dépose dans ses motifs étranges et délicieux.


portrait-ruellan.jpgAndré RUELLAN

 

 

 

 


Repost 0
Published by Agnes Grillo - dans peinture
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 20:39

Vernisssage de l'exposition Mindszenti

 

à la galerie Rollin à Rouen


 

DSCN7238.JPG

 

 

DSCN7240.jpg

Une ambiance chaleureuse, de nombreux amateurs très favorablement surpris par le nouveau virage de la peinture de Mindszenti, qui garde cependant son style féérique et sa technique ininitables.

Agnès Grillo




 

Repost 0
Published by Agnès Grillo - dans peinture
commenter cet article