Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : mindszenti, peintre contemporain et poète
  •  mindszenti, peintre contemporain et poète
  • : Toute l'actualité de la peinture et de la poésie de Laszlo MINDSZENTI, peintre contemporain. Ses expositions, ses nouvelles oeuvres sur toile ou sur papier ainsi que tout événement en rapport avec le peintre : ateliers pour enfants, initiations... La peinture du peintre contemporain Anna Mindszenti-Calische, sa fille discussions, échanges à propos des Mindszenti
  • Contact

Recherche

20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 15:41

Danses modernes

 

Les tambours roulent leurs sons, leurs

couleurs flottent dans l'air. Les tentures

tremblent, les écharpes s'amusent.

Le saxophone lance ses ululements graves,

le batteur change de rythme. Une femme a

perdu ses chaussures. Des mains chercheuses

s'enivrent de chair moite, se gorgent de

chaleurs exotiques. Les pieds battent le

sol, frétillent, ralentissent, se traînent. Ils

s'arrêtent, puis repartent, se lançant dans

des parties frénatiques de claquettes. Des

frottements voluptueux, des pourparlers

muets, strictement épidermiques, soudent

et ressoudent ces corps mâles et femelles,

serrés l'un contre l'autre pour quelques

minutes seulement, mais jusqu'aux dernières

possibilités du toucher charnel considéré

comme encore décent. Les visages sont

marqués par une rêverie triste s'adressant au

Néant.

Le saxalto module ses hurlements, le piston

tient une note prolongée, la voix aiguë de la

clarinette couvre momentanément celle de la contrebasse.

Le batteur entame un rythme inédit ; des

contrées lointaines, l'exotisme des tropiques

un horizon sans failles, l'Aventure, l'Espace

Libre tourbillonent au gré de ses bras le-totem-mauve-65X81-2300.jpg

gesticulants, se dessinent dans ses grimaces,   

prestidigitateurs, virevoltent avec ses                                       

baguettes magiques. Des badauds encerclent             

l'orchestre, ils rient à gorge déployée. Le  

clarinettiste fait le singe.

Dans un coin sombre, des boxeurs

professionnels s'apprêtent à se lancer dans

une bagarre de routine, pour le plaisir de                   

taper, de cogner, de frapper, de tuméfier                     

le visage d'autrui. Ils enlèvent leurs vestes,                 

sans dire mot, sans se presser, mesurant leur       

involontaire adversaire du coin de l'oeil.                            

La batterie roule ses sons, les corps s'attirent.     

Dans la pensée de certainss Messieurs la nuit

prend une forme fixe et serpente sa masse

vers un lit moelleux. Quelque part, un bruit

de baisers se fait entendre. Dans un recoin

obscur de la cage d'escalier, deux copains

caressent les seins d'une même fille. Elle ne

s'est pas encore décidée.

Les danses d'un style inconvenant, aux

attouchements ambigus, font leur apparition

dans les rangs du public. C'est le bal

annuel des étudiants de l'Ecole des Langues

Euphoriques. La salle est crasseuse, le prix

d'entrée modique, adapté à la bourse des

fadas de tous poils et de toute Faculté.

Ailleurs, dans les cabarets de première classe,

les sens se délassent derrière le rampart

d'habits élégants. Le Plaisir se dandine sur

des talons aiguilles. Des silhouettes de qualité

sont autorisées à exposer leurs avantages,

gentiment, sans histoires. Les garçons ne

trottent pas, mais filent en souplesse en

desservant les tables. Le piston joue en

sourdine. Le monde peut méditer sous des

lumières tamisées.

Argent, dollars, devises. Femmes, belles

femmes partout.

Soirée de week-end en République Populaire

de Marmarablanka.

Laszlo Mindszenti

Partager cet article

Repost 0
Published by mindszenti - dans poésie
commenter cet article

commentaires