Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : mindszenti, peintre contemporain et poète
  •  mindszenti, peintre contemporain et poète
  • : Toute l'actualité de la peinture et de la poésie de Laszlo MINDSZENTI, peintre contemporain. Ses expositions, ses nouvelles oeuvres sur toile ou sur papier ainsi que tout événement en rapport avec le peintre : ateliers pour enfants, initiations... La peinture du peintre contemporain Anna Mindszenti-Calische, sa fille discussions, échanges à propos des Mindszenti
  • Contact

Recherche

15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 18:35

 De l’épidémie de questionnite  en art contemporain

Picasso disait : « je ne cherche pas, je trouve » , autrement dit «  je ne me pose pas de questions, je fais ». Un autre peintre très connu répondait à qui l’interrogeait sur sa peinture : « demandez-vous à un pommier pourquoi il fait des pommes ? »,  parce qu’en effet,  si le pommier commence à s’interroger là-dessus, il devient stérile et dépressif. Et c’est James Joyce, je crois, qui disait : «  si vous pouvez faire quelque chose, faites-le, si vous ne pouvez pas, enseignez-le »…Et moi j’ajoute : «  ou bien questionnez-vous si c’est le questionnement qui vous empêche de faire, ou si c’est l’incapacité à faire qui génère le questionnement, etc. »

Et c’est bien pour cela que nous assistons aujourd’hui, dans l’art dit contemporain, à la disparition progressive du faire au profit du questionnement sur le faire et sur sa disparition, comme si les fruits du pommier n’étaient plus les pommes, mais des interrogations sur l’absence de pommes. Aujourd’hui, on ne peint plus, on questionne la peinture…

La question branchée chez  les nouveaux critiques est celle-ci : « pourquoi y a-t-il de l’art plutôt que rien ? »… Car ils préfèrent bien évidemment « convoquer » ce rien qui leur permet de développer en boucle une interrogation sur l’absence d’objet de cette même interrogation et donner  ainsi libre cours à leur talent rhétorique. D’où par exemple cette exposition sur le vide, organisée au Centre Pompidou en  2009,  par  Laurent Lebon actuel directeur du Pompidou bis à Metz, occupant 5 immenses salles avec strictement rien dedans et assortie d’un catalogue de 500 pages de commentaires et de questionnements sans objet identifiable et que personne n’a lus.

Le discours sur le non-faire remplace donc le faire déclaré désormais salissant, malodorant  et ringard. Le déconstruit questionne la validité du  construit. Le concept remplace l’émotion. La torture mentale remplace le plaisir esthétique. La peinture se regarde par  les oreilles ou les trous de nez. L’économie du projet remplace celle de sa réalisation. Le dossier devient oeuvre en soi. La subvention comble la béance et entretient la stérilité. Le non-sens fait sens. L’attitude devient art. Le contenant est devenu contenu. Le questionnement existentiel du critique ou du fonctionnaire de l’art prime sur le travail du vrai créateur, etc… et l’art contemporain devient le lieu d’une immense pandémie   d’auto-fellationnite aigue  ou de masturbationnite  questionnatoire généralisée, et où se multiplient exponentiellement ces petits branleurs que sont nos  schtroumpfs émergents….

J’ai passé une petite demi-heure sur quelques sites internet de FRAC et autres lieux de « l’insondable connerie culturelle subventionnée » (comme dit l’un de mes correspondants), pour vous cueillir au hasard et vous copier-coller, à titre de preuve et illustration de ce que vient de dire, ces quelques petites fleurs langagières  où il est question …de questionnements sur l’art.


Ils questionnent :

 

Claude Rutault

L’enjeu de son  travail est donc celui d’un questionnement  des conditions d’apparition de la peinture dans l’espace social, beaucoup plus que de déterminer un protocole de création des œuvres à l’aide de concepts.

Jordi Colomer

Son  parti pris absurde vient très directement interroger la valeur que l’on doit prêter à cette « manière » de faire, mais, plus avant, il questionne avec acuité l’évaluation esthétique – et donc sociale et psychologique – de ce type de « monuments » dans notre environnement.

Victoria Klotz

Explore la cohabitation entre l’être et son écosystème, questionne la sauvagerie des comportements sociaux.

In extenso

Ces artistes interrogent les notions de traversée, de contamination, d’interaction ou d’illusion,  qui semblent construites sur des zones d’ombre, laissant planer autour d’elles le mystère de leur conception.

Kaz Oshiro

Dotées a priori d’une faible valeur symboliques, ses œuvres se révèlent peu à peu d’une complexité telle qu’elles finissent à obliger les spectateurs à se poser les questions de la représentation et de sa mise en scène.

Eric Hattan

Qu’il s’agisse de l’espace urbain ou de celui d’un centre d’art, chaque situation est l’occasion d’un déplacement, d’un décentrement du regard, et d’une mise en question  du sens donné.

Exposition « Coup d’éclat »

Ces artistes viennent interroger les mutations des structures de pouvoir qui conditionnent en grande partie notre quotidien.

Clemence Torres

Son exposition se développe autour de la perception du lieu, son appréhension et les mécanismes et instruments de mesure permettant de le saisir - distances, échelles, proportions -. Elle interroge parallèlement les relations entre les individus, les rapports de force, de rapprochement et d’interaction des uns avec les autres.

Dominique Blaise

Son travail in situ a la capacité de métamorphoser la perception commune de l’espace . En permettant au spectateur de parcourir ce dispositif menaçant, il questionne les espaces de narration issus du théâtre et de l’exposition artistique.

Marc Chopy

Le travail pictural de Marc Chopy interroge depuis de nombreuses années le rapport du plan au volume, dans ce qu’il peut avoir d’inconciliable.

Claire Healy & Sean Cordeiro

Ils développent un travail sculptural à travers une variété de médias. En explorant les matériaux de notre monde contemporain, ils soulèvent des questions sociopolitiques, comme la mondialisation, la culture médiatique, la consommation ou la propriété. 

Élizabeth Creseveur

Elle explore le rapport du corps à l’espace par l’installation, l’image et le son.

Angela Detanico et Rafael Lain

Ils nous invitent à bousculer nos repères et à nous interroger sur les systèmes qui organisent notre lecture du monde.

Meriem Djahnit

le travail de cette artiste interroge l’aspect tangible et aléatoire de notre position dans le monde, analyse le caractère transitoire de notre condition en tant qu’être physique, social et psychologique.

Nicolas Fournier

Siège de l’intimité et de la mécanique du vivant, le corps  demeure pour les artistes contemporains le lieu d’interrogations existentielles que réactivent les mutations dues aux technologies du vivant.

Jean François Gavoty

Le vivant et le construit, le réel et le virtuel, le pérenne et le temporaire... sont des interrogations liées à la conception de tout projet urbain.

Gonzalo Lebrija

Questionne  le décalage entre les mégas récits du progrès liés au modernisme et notre existence contemporaine individuelle.

Laurent Perbos

Toujours confrontées aux problématiques de formes, les productions de Laurent Perbos questionnent  les potentialités sensibles et poétiques des objets issus de notre quotidien.  

Laurent Pernel

La question est : alors que des impératifs très concrets liés aux travaux de l’espace d’exposition, ordonnancent le temps et l’espace, et remplissent le volume d’une sonorité toute entière constructive, comment faire naitre puis développer, au sein d’un chantier, un travail artistique qui demande du temps, du doute et de l'errement ?

Arnaud Pirou

Pour sa première exposition personnelle, il traite des grandes chaînes de fast food, dans une exposition très contextuelle qui pervertit les symboles, et joue avec les signes de la ville. C’est un prétexte pour convoquer des questions sociales et culturelles.

Raster Noton

Cette exposition montre le caractère résolument hybride de cette plate-forme de création, tout en questionnant la position de l’artiste dans l’interface de l’acte individuel et de son inscription au sein du collectif.

Mathilde du Sordet

Les sculptures de Mathilde du Sordet ont été conçues spécifiquement pour cette exposition de groupe questionnant les notions de territoire et de déplacement.

Yann Toma

Le travail de Yann Toma, structuré autour de la société Ouest Lumière, questionne les messages et leur transmission par la mise en œuvre de systèmes parallèles.. Le lieu d’exposition  devient le centre multi-modal d’un trafic quotidien de pigeons voyageurs porteurs de dépêches AFP. Chaque jour, ces dernières sont transformées en interrogations.

Bernard Bazile

Des  mélanges de matières et d’images industrielles parfaitement maîtrisés  interrogeant en permanence la question du goût et celle de l’autorité.

Knut Åsdam

réalise des films et des installations qui interrogent notre degré de conditionnement par l’espace urbain et nous incitent à le vivre de manière plus consciente.

Basserode

L’œuvre de Basserode se présente, depuis le début des années 1990, comme un questionnement autour des notions de « nature » et de « culture » et sur les conventions qui sont attachées à l’une et l’autre dans les représentations artistiques modernes et contemporaines.

Carla Arocha

Toutes interrogent la perception de l’espace dans lequel nous nous trouvons. Car l’espace est le matériau de prédilection de l’artiste. Ses œuvres l’intègrent et le transforment.

Hubert Duprat

L’œuvre d’Hubert Duprat prend sa source dans un questionnement critique des modalités de la création des objets d’art.

 Nicole Esterolle

 

 www.schtroumpf-emergent.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicole Esterolle
commenter cet article

commentaires

Barthélémy 01/12/2011 08:18


En tant que peintre, je ne peux qu'adhérer à votre réflexion. Lorsque Duchamps a eu l'idée d'exposer un urinoir en 1917, les problèmes ont commencé! Depuis, on pense que pour être artiste il
faut d'abord avoir une IDEE.  Les peintres doivent peindre coûte que coûte. Le besoin de peinture existera toujours y compris du côté du public.

nicolas 20/10/2011 22:32



Coucou,


Je reviens sur votre blog toujours aussi sympa j'espère que vous vous portez bien.


Si cela vous plait je vous invite à découvrir cette créa :


http://www.nicolaslizier.com/article-creation-hockey-sur-glace-joe-thornton-86559318.html


Je serai intéressé pour de votre com'.
Je vous souhaite un bon début de week-end et une excellente continuation sur votre blog
Amicalement nicolas