Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : mindszenti, peintre contemporain et poète
  •  mindszenti, peintre contemporain et poète
  • : Toute l'actualité de la peinture et de la poésie de Laszlo MINDSZENTI, peintre contemporain. Ses expositions, ses nouvelles oeuvres sur toile ou sur papier ainsi que tout événement en rapport avec le peintre : ateliers pour enfants, initiations... La peinture du peintre contemporain Anna Mindszenti-Calische, sa fille discussions, échanges à propos des Mindszenti
  • Contact

Recherche

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 21:24
Les titres sont-ils de mauvais guides ?


Mindszenti répugne bien souvent à donner des titres à ses toiles. Il en donne cependant, pour les besoins des expositions. Ils sont donc donnés une fois l'oeuvre achevée, parfois depuis longtemps, et prête à être exposée.
Donner un titre à une toile peut changer le regard du spectateur, qui se trouve alors confronté à une espèce de rébus, à chercher le rapport entre le titre et la toile. Il peut gêner la confrontation du regard face à la toile. Il peut gêner le vrai dialogue entre l'oeuvre et le spectateur, dialogue devant respecter la sensibilité de chacun. Un tableau ne vit que par l'apport de celui qui le regarde. Dès qu'un titre commence à faire marcher l'intellect, cela peut créer un malentendu.
A partir du moment où il n'y a pas de vraie figuration, on part vers quelque chose d'onirique, on peut s'échapper du réel et être dans une vibration autonome. Il me semble que les titres perturbent cela.

Qu'en pensez-vous ?
Agnès Grillo



Partager cet article

Repost 0
Published by Agnès Grillo - dans peinture
commenter cet article

commentaires

Raphael 11/04/2009 22:16

Pour apporter ma contribution, je dirais qu'il faut distinguer le peintre qui (comme Magritte, très bon exemple) se joue des mots dans l'imaginaire qu'il presente ; de celui qui titre sa toile parce qu'une toile sans titre apparaitrait sortie de l'atelier comme "oeuvre de raccroc". Et cette distinction faite, elle (me) renvoi à un autre art : le Théâtre. Et à la question: "quid des titres de toile?" se corrèle la question quid des dydascalies? (je suis comedien!)Il m'apparait et c'est un avis assez tranché que l'artiste n'est pas propriétaire de son oeuvre elle n'est destinée qu'au public. c'est donc au public de titrer lui même les toiles et même de débâptiser celles qui lui sembleraient mal nommées! De même un metteur en scène peut (doit?) s'affranchir des dydascallies qui bien souvent ne traduisent que la difficulté de l'auteur à lâcher son oeuvre. En définitive il me semble que titres et dydascallies sont autant de fermetures à l'oeuvre. Le propre de l'oeuvre etant l'ouverture ne prenons les titres qu'avec des guillemets, et n'oublions pas que l'interpretation du créateur n'a pas plus d'interet que celle du spectateur (si! si!) Guernica avait un sens pour Picasso, certes, mais Guernica n'est chef d'oeuvre que parce que la toile a SES sens pour le monde et à travers les temps. Donc parfois interressant de connaitre le sens qu'a voulu donner le peintre à une oeuvre, reducteur d'en rester la !

Olivier Taconet 10/04/2009 14:08

Le tout est une volonté de l'artiste. En effet, le titre n'est pas neutre, il influe, il perturbe, il expose. A l'artiste de savoir s'il en joue, façon Magritte, ou s'il laisse le regard se perdre dans la toile avant d'aller chercher l'oeuvre...

agnes Grillo (Mindszenti) 10/04/2009 11:56

Merci pour ton commentaire, ce blog est fait pour être discuté, contredit etc...Tu as raison, mettre des mots sur ses émotions, on en a pas vraiment envie. C'est la raison pour laquelle, répugnant à le faire, on attend la dernière minute...Quand au "public", je pense que cela restreint son émotion et son imaginaire, et j'irai même jusqu'à pense que le simple "sans titre", c'est déjà une entraveAgnès.

zadddie 09/04/2009 19:45

ce n'est peut etre pas vis à vis du "public" qu'un titre peut etre embarasant: la possibilité d'un mal entendu fait aussi à mon avis partie du jeu. Moi je n'aime pas nommer et expliquer tout simplement parce que souvent je ne sais pas exactement ce qui s'est passé en moi. l'oeuvre parle ou est censée parler d'elle meme. Bon ce n'est que mon opinion, mais pour certains mettre des mots sur leurs émotions tient de la torture ou du superflu