Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : mindszenti, peintre contemporain et poète
  •  mindszenti, peintre contemporain et poète
  • : Toute l'actualité de la peinture et de la poésie de Laszlo MINDSZENTI, peintre contemporain. Ses expositions, ses nouvelles oeuvres sur toile ou sur papier ainsi que tout événement en rapport avec le peintre : ateliers pour enfants, initiations... La peinture du peintre contemporain Anna Mindszenti-Calische, sa fille discussions, échanges à propos des Mindszenti
  • Contact

Recherche

22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 13:04

 

Pourquoi les oiseaux sont-ils omniprésents
 chez Mindszenti ?


Mindszenti, homme de culture, sait bien que l'oiseau est un être chargé de symboles, un ami, la source d'une série de métaphores.

Toutes les mythologies du monde accordent aux oiseaux une place de choix. Ils ont en général une position sur l'arbre du monde, souvent au sommet alors que le serpent est à la base. Le Coran parle du langage des oiseaux qui est celui des anges. Ils sont toujours quelque part entre les hommes et les dieux, ils symbolisent la liberté divine, ils sont messagers (et messages) des dieux.



Pour les Egyptiens, le phénix, oiseau fabuleux qui renaît toujours de ses cendres, est le symbole de la résurrection le plus répandu dans le monde. Sa légende trouve son origine à Héliopolis, ancienne ville égyptienne où l'on vénérait le dieu du soleil, Râ, dont le héron Bennou (nom du phénix en Egypte), serait une incarnation. Les mythes différent sur quelques points de détail - la couleur du plumage, par exemple -, mais ils relatent tous à peu près la même histoire. Le Phénix, unique oiseau de son espèce, était un animal fabuleux, doté d'une longévité miraculeuse (cinq cents ans ou plus, d'après certains auteurs), qui avait le pouvoir de renaître de ses cendres. Quand l'heure de sa fin approchait, il se construisait un nid d'herbes aromatiques, puis s'exposait aux rayons du soleil et se laissait réduire en cendres. Trois jours plus tard, il renaissait. Alors qu'il ne représentait, au début, que l'apparition et la disparition cyclique du soleil, le Phénix devint rapidement un symbole de résurrection ; il incarne l'âme ou l'immortalité dans les différentes iconographies. Les créatures ailées figurées au dessus d'un bûcher funéraire ou s'échappant du corps d'un défunt ne sont pas toutes pour autant un phénix. Il peut s'agir d'un autre oiseau, un aigle, par exemple, qui symbolise parfois l'âme des empereurs.

Pareillement, le simorgh de la mystique persane se pose toujours au sommet du monde et représente à la fois la divinité et l'âme humaine. Ses plumes ont un pouvoir thérapeutique. On pourrait citer des dizaines de mythes semblables de par le monde.
Chaque oiseau, petit et présent quotidiennement ou immense et mythique, peut influer sur le besoin d'expression de l'homme.

En Extrême-Orient, par exemple, les musiques se font volontiers descriptives, non pas dans le sens d'une imitation, mais plutôt dans le sens d'une évocation, d'une suggestion musicale et spirituelle. Les musiques classiques du Japon et de la Chine vont dans ce sens. Au Japon, de nombreuses pièces musicales évoquent la grue, symbole de longévité, dans son nid. Les musiciens peuvent s'en servir pour suggérer les difficultés de la vie. Les techniques de jeu, notamment les trémolos mettent la grue en scène : nidification, cris, démarche et premiers pas des jeunes, envol, départ des jeunes lorsqu'ils sont assez grands. En Chine, une pièce intitulée "les oies sauvages se posent sur la plage", exprime l'appel du large pourrait-on dire. Jouée au luth ou à la cithare, elle décrit minutieusement l'arrivée des oies, le vol en formation, les cris lointains, puis leurs longs mouvements circulaires avant d'atterrir. Après l'atterrissage, elles communiquent entre elles, elles se nourrissent, on sent l'harmonie du groupe, les jeunes suivent leurs mères. A la fin, le soir tombe et la sérénité s'installe dans le groupe. Ces deux pièces, les plus célèbres, suffisent à faire comprendre la richesse évocatrice des cultures classiques de ces deux grands pays. Mais il est d'autres exemples évidemment, notamment la description par les musiciens chinois du combat entre un oiseau de proie et un cygne.


Partout, mais à chaque fois de manière différente, on trouvera un ensemble de liens étroits entre les oiseaux et les musiques traditionnelles. Toutes les traditions qu'elles soient orales ou écrites, sont révélatrices des mythologies et cultures de croyances populaires propres à chaque société. Il est d'ailleurs intéressant de remarquer, que l'oiseau joue parfois un rôle actif dans la société humaine. Et c'est vrai tant dans le domaine du travail que dans celui des loisirs. Les fauconniers du monde ont certes été fascinés par l'animal jusque dans leurs contes et chansons. Il est un exemple plus proche de nous qui est celui du rôle du canari dans les mines. Ici, c'est l'oiseau qui chantait pour l'homme et si les mineurs ont eu, de par le monde, d'immenses répertoires de chansons et ballades, il est vrai qu'ils chantaient plus souvent les tragédies, les grèves et les difficultés du travail que quelques couplets en hommage à leurs compagnons d'infortune ailés. En Afganistan, les joueurs de luth sont persuadés que la musique pousse les oiseaux à chanter. Ils n'hésitent pas, dès lors, à emmener des canaris en cage lors de leurs concerts ou enregistrements. Plus la musique est bonne, plus les oiseaux sont censés y joindre leur chant. Selon John Baily, "les oiseaux fournissent une sorte de baromètre de la qualité de la musique".

Ces divers exemples rappellent au moins que les oiseaux ont un langage que les hommes ont su comprendre ou interpréter. Ce qui apparaît comme une évidence quand on se penche sur les chansons populaires de la plupart des peuples du monde. Une chanson rurale, en général, qui a véhiculé avec beaucoup de poésie et de truculence les multiples rôles joués par les oiseaux dans ces diverses cultures régionales ou nationales.
L'oiseau est le roi de la métaphore. Partout il prend la place d'un homme, d'une femme, d'une partie (souvent sexuelle) de l'un ou l'autre, (en toscan  le mot "uccello" veut aussi bien signifier l'oiseau que le penis), il est interchangeable avec l'humain. Il suffit de connaître les codes. Ne dit-on pas, d'ailleurs, dans le langage parlé, diverses expressions comme "s'échanger des noms d'oiseaux", "c'est un oiseau de mauvaise augure", ou "c'est un oiseau rare", ou encore "c'est un drôle d'oiseau". On dit que quelqu'un a une "cervelle d'oiseau" ou un "appétit d'oiseau". Sans compter les très nombreux proverbes comme "petit à petit l'oiseau fait son nid", "quand la cage est faite, l'oiseau s'envole", "une hirondelle ne fait pas le printemps" etc... Ainsi l'oiseau peut-il être le vecteur de toutes nos aspirations et de tous nos défauts. Il n'est pas pour autant entré innocemment dans nos parlés et nos chansons traditionnelles où la trilogie de l'amour  rossignol-alouette-coucou se retrouve dans toute l'Europe :
"Ne pars pas, Roméo, non, c'est le rossignol, ce n'est pas l'alouette !" (
Roméo et Juliette de William Shakespeare, inspiré d’un conte italien de Masuccio de Salerne repris par Luigi Da Porto).

Qu'exprimons-nous quand nous chantons :
- J'suis descendu dans mon jardin, un rossignol vint sur ma main
- Alouette, gentille alouette
-L'alouette est sur la branche
- Rossignol qui vient en France
- Le coucou dans la forêt lointaine
- A la volette
- Y'a une pie
- La p'tite hirondelle
-Le coucou a pondu
- etc.......?

Qu'exprime Mindszenti
à travers tous ses oiseaux ?


Agnès Grillo

Partager cet article

Repost 0
Published by Agnès Grillo - dans peinture
commenter cet article

commentaires

levesque 17/07/2009 17:14

c'est beau a voir cette armonie de couleurs ca donne en emotion

emi 12/06/2009 17:40

tres  beau emi

Ederza-Naturaimer 28/03/2009 19:19

bonne soirée, blog très beau, amitiés

Véronique D 26/03/2009 22:48

Bjr, merci pour ton passage sur mon blog, je passerai lire plus longuement dimanche, jusque samedi, entre le boulot et le festival voix publiques à Poitiers, je n'ai pas bcp de emps!

Raphael 22/03/2009 22:45

Un article à méditer! A la fois pertinent et ouvert, il se garde de l'interpretation personnelle pour enrichir l'interpretation des autres. Cet article est tout simplement aerien ! ! !L'oiseau s'il est omniprésent chez Mindszenti n'est jamais (à ma connaissance) "qualifié" dans ses toiles. Il peut être aussi bien colombe que vautour... une alouette qu'un corbeau. Et une même peinture peut evoquer à celui qui la regarde (et re-regarde) cet eventail de symbolisme aviaire.Alors à la question qui ponctue cet article (qu'exprime Mindszenti?) je répond:Mindseznti n'impose rien mais ouvre la porte (aux oiseaux!) Et pose une autre question : Qu'expriment les oiseaux de Mindszenti pour vous?